juin 7

Cas pratique 10 : Résistance quand tu me tiens…

0  commentAIRE(s)

Résistance au changement avec le rejet et la trahison en arrière-fond

Un thérapeute à la retraite vient me voir parce qu’il a peur de la dégénérescence du corps et de finir dépendant de son épouse, plus jeune de 10 ans. Cette dépendance irait totalement à l’encontre de son fonctionnement. Depuis l’enfance, il a pris l’habitude de ne compter que sur lui-même, pour éviter de souffrir (attentes déçues ou peur d'être trahi à nouveau). Il ressort clairement que le schéma de rejet et de trahison tourne en arrière-fond depuis ces nombreuses années. 

Je lui fais pratiquer la méthode CALM™ et force est de constater qu’il y a une grande résistance à lâcher cette histoire de dépendance envers autrui. Petit rappel, la résistance cache très souvent un bénéfice secondaire qui maintient de manière inconsciente la personne dans son schéma de souffrance et qui empêche la guérison ou la résolution du problème. En quelques échanges, il arrive à faire le lien entre la quasi insensibilité au niveau des pieds et sa peur de la dégénérescence.

L’image qui représente le mieux cette absence de sensation aux pieds est une paire de chaussettes en laine. Enfant, il détestait le contact des vêtements en laine qu’on le forçait à porter et, pour éviter le contact piquant, il glissait du papier journal sous ses pullovers. Il nomme cette représentation : Le tableau de l’homme aux chaussettes en laine.

Je l’invite à transformer le tableau, à sa guise, comme il en est l’artiste. Un « non » catégorique surgit car, pour lui, s’il venait à changer quelque chose, l’intitulé du tableau devrait changer alors qu’il tient à ce tableau, tel qu’il est.

Là, il ressent physiquement l’intensité de la résistance, à quel point il s'est approprié cette histoire. La séance arrivant à son terme, je lui suggère que, dorénavant, chaque fois qu’il est tendu de ressentir l’insensibilité de ses pieds, qu’il « admire » en même temps son tableau, qu’il en apprécie chaque détail en conscience. Il verra alors que dans un deuxième temps, la résistance va lâcher.

Le lendemain, il m’écrit pour me dire plusieurs choses : 1. Entre la prise du rendez-vous et la rencontre, il dormait et digérait mieux, ce qui lui a confirmé que de faire une séance était la chose adéquate à faire. 2. En sortant de la séance, il se sentait particulièrement bien. 3. Au matin, ses chaussettes « en paille » étaient molletonnées et presque agréables à porter et il a trouvé sa femme encore plus jolie.

Alors si vous aussi vous désirez vous libérer de vos croyances, de vos peurs, vous soulager de vos maux et d'autres choses en souffrance conscientes et/ou inconscientes, agissez maintenant !

Prenez rendez-vous pour une séance individuelle ou inscrivez-vous à l'atelier découverte.

Si vous connaissez la méthode, vous pouvez aussi venir à un suivi en atelier ou vous faire guider par les audios.

Au plaisir de vous rencontrer ou de vous revoir prochainement. D’ici là, portez-vous bien !

Cécile Perrenoud

Partagez si les cas pratiques peuvent parler à des personnes de votre entourage. Merci d'avance !


Vous apprécieriez peut-être ces articles aussi...

Laissez un commentaire...

Your email address will not be published. Required fields are marked

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

{"email":"Adresse email invalide","url":"Adresse du site invalide","required":"Champ obligatoire à remplir"}