DECONDITIONNEMENT-ENCODAGE | HYPNOSE | ORIENTATION-BILAN

  • centre Aliotis, boulevard Helvétique 30, 1207 Genève, Tél. +41 79 962 77 61
  • Pratique de CALM™ (4) : sevrage alcoolique, culpabilité et peur de la mort de son enfant

    « Notre corps entend tout ce que nos pensées disent et nous les exprime… »

    Notre corps est un vrai détecteur de mensonges qui nous permet de conscientiser l’incohérence entre l’histoire bien verrouillée qu’on se raconte dans notre tête et une « vérité » plus profonde, intérieure qui se révèle par le corps.

    En utilisant cet outil fabuleux qu’est le corps, il n’y a aucun besoin de parler du problème, de l’avoir analysé ou d’en connaître la source. Comme il digère les aliments, il digère aussi les émotions et simultanément, les croyances qui y sont associées.

    Voici deux cas pratiques de prises de conscience et de libérations qui ont été vécues en séance individuelle ou en atelier avec la méthode CALM™ que j’ai développée qui combine l’hypnose et la méditation.

    Dans le second cas, nous pouvons constater l’effet systémique. Parce que nous vivons ce que nous vibrons, notre changement d’énergie amène du changement chez l’autre de façon volontaire ou pas, consciemment ou pas.

    Cas 1 : Tremblements dus au sevrage après une crise alcoolique

    Un homme, fin cinquantaine, manager dans le domaine du luxe m’appelle parce qu’il a des tremblements dus au sevrage après une crise alcoolique sévère chronique.

    Son schéma : il cumule du stress lié à des situations du quotidien ou des événements ponctuels. Des pensées négatives tournent en boucle et l’angoisse monte. Après un certain temps, le pic d’émotions est trop intense, il ne peut plus supporter la pression. Pour ne pas ressentir l’angoisse dans le corps, il s’anesthésie avec l’alcool. En général, il s’enivre jusqu’au coma éthylique plusieurs jours de suite. Quand il a l’impression que les ressentis corporels sont « gérables », il prend des médicaments de sevrage prescrits par son médecin, qui lui évitent notamment de souffrir de tremblements. Après 2-3 jours, la phase de sevrage prend fin et il reprend le cours de sa vie « normalement » jusqu’à la crise suivante. Il a beau avoir parfaitement compris son programme, il continue de tourner dans ce cercle vicieux depuis presque quarante ans.

    Ce jour-là, il m’appelle, non parce qu’il désire sortir de la roue infernale, mais parce qu’il souffre trop des tremblements et qu’il n’a rendez-vous chez son médecin qu’en fin d’après-midi pour se faire prescrire les médicaments de sevrage. Dans ce laps de temps, il me demande si c’est possible de faire quelque chose pour calmer son mal-être. Les tremblement ont commencé à son réveil vers 6h du matin et l’appel téléphonique a lieu vers treize heures.

    Je lui fais alors pratiquer la méthode. Il apprend à laisser le corps digérer l’agitation dans ses membres. Après environ 3 minutes, les tremblements cessent. Malgré son scepticisme, il ne peut que constater que le corps est revenu à son équilibre.

    Deux ans après cet échange téléphonique, il me recontacte après une autre crise. Il semble prêt cette fois-ci à sortir de cette boucle de souffrance. Je lui fais pratiquer la méthode par rapport à trois thèmes sensibles qui l’ont amené à sombrer à nouveau. Je ne connais pas la nature de ces sujets problématiques et cela n’est pas nécessaire. En vérifiant à la fin du processus, c’est resté parfaitement tranquille en lui.

    Avant de clore la séance, il me dit s’engager à appliquer la méthode au quotidien pour éviter de cumuler la pression et retomber dans le processus d’auto-sabotage. Suite dans quelques mois…

    Cas 2 : Culpabilité de ne pas être la mère parfaite et peur que son fils meure

    Une femme, dans la trentaine, vient me voir pour deux thèmes en souffrance : 1. Elle souffre de ne pas pouvoir se comporter toujours comme la mère parfaite qu’elle désire être. Elle a parfois des réactions démesurées qu’elle juge inacceptables. Mais c’est plus fort qu’elle, elle s’emporte et ensuite culpabilise de sa colère disproportionnée. 2. Sans pouvoir se l’expliquer, elle nourrit une peur irrationnelle de voir son fils cadet mourir alors qu’elle est parfaitement en paix par rapport à sa fille aînée (7 ans et respectivement 11 ans).

    Je lui fais pratiquer la méthode pour ces deux thèmes. En vérifiant à la fin du processus, ça reste calme à l’intérieur.

    A sa demande, nous convenons d’un autre rendez-vous deux semaines après pour voir comment les choses évoluent et voir si un ajustement de sa pratique est nécessaire.

    Lors de la deuxième visite, elle me partage avec enthousiasme les changements, comment elle vit certaines choses différemment. Une des plus grandes surprises est l’échange qu’elle a eu avec son fils quelques jours auparavant. Lors du repas familial un soir, tout d’un coup, son fils dit spontanément : « Vous savez quoi ? J’ai plus peur de mourir ! » Elle était tellement abasourdie qu’elle a demandé plus d’info par rapport à sa phrase mais il a juste dit que c’était ce qu’il ressentait, sans pouvoir forcément en dire davantage.

    Elle comprend alors qu’en libérant sa peur de la mort, quelque chose chez son enfant a aussi lâché par rapport à ce sujet.

    Elle m’exprime toute sa gratitude. Elle est enchantée de constater les bienfaits dont elle bénéficie et dont elle fait bénéficier son entourage directement. C’est une évidence pour elle maintenant de continuer à prendre soin d’elle en utilisant le corps pour ce qu’il sait naturellement et intelligemment faire.

    Plusieurs mois après, elle m’apprend que le bien-être perdure, les prises de conscience continuent et sa perspective sur plusieurs aspects ont aussi beaucoup changé.

    Alors si vous aussi vous désirez vous libérer de vos croyances, peurs et autres choses en souffrance conscientes et/ou inconscientes, inscrivez-vous à l’atelier découverte sur ce lien : https://www.centredoz.com/particuliers/ateliercalm/

    Si vous préférez faire une séance individuelle ou en offrir une : https://www.centredoz.com/contact/

    Pour ceux qui connaissent la méthode et qui souhaitent un suivi-piqûre de rappel en atelier : https://www.centredoz.com/particuliers/calmsuivi/ ou qui souhaitent utiliser les audios : https://www.centredoz.com/boutique-audios/meditations-breves/

    Au plaisir de vous rencontrer ou de vous revoir prochainement. D’ici là, portez-vous bien !

    Cécile Perrenoud

    PS : si ces cas peuvent parler à des personnes de votre entourage, je vous remercie d’avance pour le partage de cette page.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Plongez dans l’Un-connu !


  • Merci pour votre message. Je vous contacterai dans les prochaines 24 heures.
  • Prenez contact